B comme blessure

Publié le par Dominique

Une marmite, Sur la route de Souain à Somme-Py,  Champagne, 1915 - Dessin de François Flameng
Une marmite, Sur la route de Souain à Somme-Py, Champagne, 1915 - Dessin de François Flameng

B comme la blessure qui nécessitera son amputation

Classé par décision du C.R. (Centre de Réforme) de Saint-Dié, Vosges, Lorraine, dans la deuxième partie de la liste de 1912 pour « légère atrophie du membre droit » (Bras ? Jambe ? je ne le sais toujours pas), il fut incorporé le 1er octobre 1912 au 152ème régiment d’Infanterie. Il passa, à sa demande, devant la C.S.R. (Centre Spécial de Réforme) d’Epinal, Vosges, Lorraine pour être classé S.A. (Service Armé) et fut alors affecté au 4ème RCC (Régiment de Chasseurs à Cheval), 2ème escadron, le 14 novembre 1912.
Alphonse combattit sur le front Est et fut blessé, en service commandé, le 23 août 1914, à Etival Vosges, Lorraine, non loin de chez lui (Saint-Michel-sur-Meurthe), lors d’une patrouille de reconnaissance.
Il fut blessé à la fesse droite par un éclat d’obus et non évacué (le cheval a été tué, le cavalier désarçonné, la jambe coincée sous le corps de l’animal, occasionnant une entorse tibio-tarsienne suivie d’une ostéite, qui nécessitera ultérieurement l’amputation). Non évacué, certes, mais inapte à reprendre le combat de suite avec une blessure et une entorse, je suppose. Qu’est-il advenu de lui pendant les jours qui suivirent cet évènement ?
Unique commentaire familial à ce propos : il se serait fait « remonter les bretelles » par son commandement pour la mort du cheval ! J’aurai aimé connaître le nom du cheval. Une liste des chevaux affectés au régiment figure sur les JMO, leurs décès sont également mentionnés. Mais je n’ai pas vu de nom de cheval accolé au cavalier Alphonse.
Il me faut relire ces documents. Lire et relire, essentiel. La relecture permet parfois de découvrir une information supplémentaire survolée, de revoir une interprétation faite un peu vite et donc erronée.
Le dessin ci-dessus me fait penser à ce qui a dû lui arriver.
La journée du 23 août 1914 fut, semble-t-il, la journée la plus meurtrière de toute la guerre de 1914-1918.

Publié dans Challenge AZ 2015

Commenter cet article

Annick H. 02/06/2015 17:09

Vous avez bien de la chance d'avoir retrouve le JMO du regiment de votre ancetre. Celui du regiment de mon grand-pere n'exister plus (317eRI). C'est interessant de savoir que les noms des chevaux etaient repertories dans les JMOs des regiments de cavalerie. Mais en y pensant bien ca semble normal, vue l'importance d'une bonne monture et l'interet (et l'amour) qu'un cavalier devait avoir pour elle.

Dominique 03/06/2015 07:37

Alors à vérifier au SHD... Oui le site du Chtimiste est un site très riche en informations, très prenant émotionnellement, que je consulte également régulièrement. J'y ai déposé une photo de mon grand-père en uniforme de RCC, peut-être qu'un jour quelqu'un, ayant un parent dans le même régiment, me fera signe...

Annick H. 03/06/2015 00:34

Merci Dominique. J'ai l'Historique du 317e RI grace a la generosite du Chtimiste, mais je ne savais pas que le JMO etait peut-etre a Vincennes.

Dominique 02/06/2015 18:08

Oui, je suis bien d'accord avec vous. Ces pauvres chevaux ont bien souffert pendant cette terrible guerre. D'après le forum 14-18 que je consulte dès que j'ai une interrogation sur cette période, le JMO du 317ème RI existerait, non numérisé, au SHD de Vincennes. Et l'historique du régiment, mais vous l'avez peut être déjà consulté, serait disponible en ligne sur le site de la BDIC ?

Feuilles d'Ardoise 02/06/2015 14:03

J'aime beaucoup cet article. Il me fait penser également à mes arrières-grands-parents et grands-oncles, l'un de mes arrière-grand-père était maréchal-ferrant et les chevaux comptaient beaucoup pour lui et, par la suite, pour ses enfants, dont mon grand-père...

Dominique 02/06/2015 16:03

Merci pour votre commentaire. Il m'encourage à poursuivre... Vos premiers articles pour le challenge AZ 2015 m'ont captivé.