E comme Entraides

Publié le par Dominique

E comme entraides diverses et variées

E comme Entraides

Suite au décès de mon père en septembre 2001, il m'a fallu manipuler des papiers, photos... L'envie m'est alors venue d'en apprendre un peu plus sur sa famille, dont j'ignorais pratiquement tout, de mettre un nom sur toutes ces photos anonymes.

Je me suis donc lancée dans l'aventure, et ai abordé ma généalogie, côté paternel, puis maternel. J'ai ainsi commencé à rassembler des éléments de gauche à droite, n'hésitant pas à recourir à l'aide de tous ceux qui le voulaient bien...

  1. Entraide familiale : ma mère, ma tante maternelle, mon oncle paternel (pas beaucoup plus causant que les siens, mais il a essayé...), la petite fille, maintenant bien âgée, de la tante qui a recueilli mon grand-père orphelin. Toutes ces personnes m'ont donné généreusement de leur temps, m'ont raconté ce dont elles se souvenaient, m'ont aidé à annoter des photos, pas toutes malheureusement ! J'en ai profité pour les enregistrer, pour non seulement garder une trace de leurs témoignages mais aussi me rappeler du son leurs voix.
    Je les en remercie tous.
  2. Entraide généalogique : j'ai adhéré à différentes associations concernant les régions dont ma famille était issue : principalement Lorraine, Bretagne... j'ai consulté leurs bases, écouté les "amateurs" chevronnés qui m'ont peu à peu guidé, conseillé et dévoilé quelques astuces...
  3. Entraide sur le net : puis les bases étant acquises, j'ai pris mon envol et commencer à surfer allègrement sur les forums et tous les sites ou blogs liés à la généalogie, à l'histoire.
    Je les suis, en général, avec intérêt, plaisir, mais je ne prends pas pour autant tout pour argent comptant et essaie de toujours vérifier chaque information susceptible d'enrichir ma généalogie.
  4. Entraide personnelle : il m'a paru normal d'aider à mon tour. J'ai animé une association de généalogie locale, ainsi qu'un atelier de généalogie dans un club local. J'ai appris en même temps que j'épaulais d'autres débutants, car cela me permettait de découvrir d'autres régions, d'autres AD, d'autres bases plus spécifiques...
  5. Cela me permettait de développer, d'élargir mes connaissances dans divers domaines : histoire, coutumes locales, patois, ...

L'entraide en généalogie n'est pas un vain mot, je l'ai expérimentée, et je dirai même que c'est pour moi un vrai besoin et plaisir de pouvoir communiquer, échanger, rire ensemble de nos déboires, de nos trouvailles.

Publié dans Challenge AZ 2015

Commenter cet article