Louis Joseph Raimond (1), Mon grand-père, Génération 3, Sosa n°6, Branche maternelle

Publié le par Dominique

Louis Joseph Raimond, bébé - Brest 1898
Louis Joseph Raimond, bébé - Brest 1898

Louis Joseph Raimond, mon grand-père maternel, naquit le 24 mars 1898, à 9 h du matin, rue du Forestou Izella, à Saint Marc, commune rattachée à la ville de Brest, Finistère, Bretagne, par ordonnance 45830 du 27 avril 1945. Il se maria à Paris (11ème) le 4 avril 1922, à l'Eglise Saint Joseph avec Marie Josèphe Bouteille. Il décéda le 27 mai 1940 au cours de la seconde guerre mondiale, à 42 ans, rue Roger Salengro, à Annoeullin, en Belgique, mais sa famille ne l'apprit que le 15 juillet 1941.
Il fut enterré à Annoeullin dans un premier temps puis ré-inhumé le 17 décembre 1950, à Saint- Jacut-de-la-Mer, Côtes d'Armor, Bretagne, où demeurait alors sa mère.

Mais développons progressivement, avec les éléments disponibles, au-delà de ces quelques données d'état civil.

A sa naissance, son père était employé de chemin de fer et sa mère, dite "sans profession".
Ils eurent deux enfants, dont Louis Joseph, le cadet et Marie Louise Françoise, l'aînée, née le 24 février 1896, à Languenan, Côtes d'Armor, Bretagne.

Louis Joseph, sa soeur, sa mère - Chartres
Louis Joseph, sa soeur, sa mère - Chartres

Peu de temps après sa naissance, son père mourut le 9 août 1899 (d'après les on-dits familiaux d' une appendicite ?). Sa mère dut donc travailler et partit avec ses enfants pour Chartres. Elle y tenait une buvette à la gare et tricotait sur machine des pulls la nuit.

Louis Joseph, Lycée Marceau, Chartres
Louis Joseph, Lycée Marceau, Chartres

Il fit de bonnes études au lycée Marceau à Chartres. Ses bulletins en témoignent. Ils sont de ceux que l'on peut montrer sans honte à ses descendants ! A moins que cela ne les décourage... Sait-on jamais ?
Il fit sa première communion le 27 juin 1909 en la Chapelle du lycée. Une bizarrerie sur son image de communion, son nom est orthographié avec un "y" ! Une coquille ? car l'écriture du nom semblait déjà stabilisé ? En effet, le nom de famille connut au fil des années plusieurs orthographes : Reymon, Remond, Resmon, Raymond... et pour finir Raimond.

Dès ses 18 ans, il partit comme engagé volontaire en 1916. Il fut démobilisé en tant que Sous Lieutenant d'Artillerie. Son parcours, tout au long de cette première guerre mondiale, fera l'objet de notre prochain article.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article