Marie Célina Rattaire, Mon AGM, Génération 4, Sosa n°9, Branche paternelle

Publié le par Dominique

Marie Célina Rattaire, Mon AGM, Génération 4, Sosa n°9, Branche paternelle

Marie Célina Rattaire


Marie Célina Rattaire, épouse d'Alphonse Valentin, est née le 11 octobre 1862 à Rougiville, hameau de Taintrux, Vosges, Lorraine. Sa mère Marie Agathe Thiébault, 33 ans, accoucha à son domicile à quatre heures du matin. Son père, Jean Baptiste Rattaire, ne l'a pas déclaré lui-même à la mairie, pour je ne sais quelle raison ? Ce fut son oncle paternel, Isidore Rattaire, âgé de 22 ans, qui le fit.

Aucune information à son sujet, ce qui n'est pas un scoop ! Si l'on excepte l'anecdote sur Alphonse, son époux, je n'ai aucun renseignement, document sur cette génération. Des photos peut-être, mais non annotées, je ne sais et n'arrive pas à deviner qui cela peut-être.

Pas de recensements, pas d'actes notariés, pas de registres de matricules militaires pour "mes" hommes en ligne sur les périodes qui m'intéressent. Une visite aux AD d' Epinal s'impose de façon urgente, mais impossible pour le moment. Patience.

Revenons à Marie Célina. Elle épousa Alphonse le 26 décembre 1885 à Saint-Michel-sur-Meurthe, Vosges, Lorraine. Il est mentionné sur son acte de mariage, qu'elle avait alors 23 ans, qu'elle était domiciliée à Sauceray, section de Saint-Michel-sur-Meurthe, qu'elle était cultivatrice. Je ne lui ai trouvé qu'un frère : Jean-Baptiste, qui, âgé de 24 ans, sera son témoin. Il était soldat en garnison à Saint-Dié. Serait-ce au 10ème bataillon de chasseurs à pied qui y stationnait du 3 août 1873 à 1918 ? A vérifier.
Son père, remarié, assista à la cérémonie.

Marie Célina, orpheline de mère à l'âge de 9 ans, fut élevée, du moins je le suppose, par sa belle-mère. Elle a dû quitter Taintrux en 1873, après le remariage de son père à Nompatelize, non loin de Saint-Michel-sur-Meurthe, puis à Sauceray, à la naissance de sa demi-sœur, Marie Eugénie, née en 1875 à Saint-Michel-sur-Meurthe. D'où mes hypothèses, à la lecture des actes concernés par ces événements.

Elle eut quatre enfants :
- le premier Arthur, le 4 juin 1886. Je m'interroge : un mariage de régularisation ? Ou un bébé prématuré : 5 mois et 9 jours ? Il mourut le 21 juillet suivant ! Comment s'occupait-on des bébés prématurés à cette époque, surtout nés, en général, au domicile des parents ?
- le second Etienne, le 30 août 1887, qui ne vécut que 8 jours,
- la troisième Marie Alphonsine, le 19 septembre 1888, qui tint 24 mois ! Elle mourut le 3 octobre 1890.

Marie Célina fut de nouveau enceinte et mit enfin au monde son quatrième enfant le 2 août 1891 : Alphonse, mon grand-père, qui, lui, vivra et ne mourra qu'à l'âge de 82 ans !

Était-elle de constitution fragile ? Était-elle malade ? Était-elle épuisée par ses grossesses successives ? Elle ne profita de son enfant que moins d'un an et demi, car elle rendit l'âme, à 30 ans, le 3 décembre 1892 à Anould, proche de Saint-Michel-sur-Meurthe. Pourquoi à Anould ? Je pense qu'Alphonse cessa d'exercer son métier de maréchal-ferrant à Saint-Michel-sur-Meurthe (avec son père ?) et qu'il partit s'installer à Anould (à son propre compte ?) en tant que maréchal ferrant/forgeron.

Son époux, Alphonse, comme écrit dans mon précédent article, se remariera dès mars 1894, et son dernier enfant, Edouard, naîtra cinq mois après. Là aussi mariage de régularisation ? Bébé prématuré ? Il survivra à son père d'une année environ.
En effet, Alphonse mourut en octobre 1894, Edouard en janvier 1896.

Que d'enfants prématurés, décédés très jeunes ! Et que dire de leurs parents ? Epidémie ? Maladie infectieuse et contagieuse telle la tuberculose ? Alphonse, le seul enfant survivant, faillit en mourir, jeune adulte. Il dut en supporter les séquelles toute sa vie.
Encore une énigme à résoudre.

Commenter cet article