Naissances d'enfants anonymes

Publié le par Dominique

En parcourant dernièrement quelques registres paroissiaux des Vosges, j'ai trouvé des actes de naissance qui m'ont interpellé. Il était question d'enfants anonymes baptisés par la sage- femme ou matrone, parce qu'ils étaient "en danger de mort". Très bien, mais pourquoi ne pas aller jusqu'au bout et leur donner un prénom ? un garçon fils ou fille anonime (sic !). Tous deux dits légitimes de surcroît.
Je n'y avais jamais vraiment prêté attention jusqu'à maintenant. Je trouve cette appellation d'une telle tristesse !

Naissances d'enfants anonymesNaissances d'enfants anonymes
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pauline 06/01/2016 11:37

Merci d'avoir signalé ces actes. Ayant des ancêtres Lebe(s)del à Corcieux, je suis allée rapidement faire un tour pour voir s'il était possible d'établir un lien avec le petit garçon. Recherche brève et infructueuse, mais je note ça dans un coin de ma tête. Comme je n'ai pas encore fouillé les branches qui gravitent autour de Corcieux, je ne m'étais pas rendu compte de l'emploi du terme "anonime" dans les registres (en dix minutes de recherche, j'ai pu voir que c'était fréquent).
Ailleurs, je n'ai eu que des "une fille", "un garçon", voire "un enfant" pour les enfants qui étaient simplement ondoyés comme ici. Même chose par la suite à l'état civil avec les enfants "mort-nés". Je crois que la possibilité juridique d'inscrire un prénom à l'état civil pour ces enfants est malheureusement assez récente.
5e tentative de commentaire en moins de 24h (je suis persévérante^^) : pour une raison qui m'échappe j'ai eu droit à un message d'erreur (le jeton CSRF est invalide) les quatre dernières fois. Je tente le coup avec un autre navigateur.

Dominique 06/01/2016 14:38

Merci Pauline. Cela m'intéresse. Je vais aller la consulter.

Pauline 06/01/2016 14:13

Le problème venait du navigateur.
Pour les enfants nés et décédés dans la même journée, j'avoue ne pas avoir regardé ce que cela donnait à l'état civil (pour les registres paroissiaux, pas de prénom pour un enfant ondoyé). Par ailleurs, je pense qu'il faut faire la distinction entre un enfant mort-né biologiquement, et un enfant mort-né juridiquement. Je crois que cette seconde catégorie est plus vaste et qu'elle recouvre également le cas des enfants morts avant d'avoir été déclarés à l'état civil et pour lesquels aucun certificat médical n'attestant qu'ils étaient nés "vivants et viables" n'a été émis (je peux me tromper). Si la question vous intéresse, j'ai trouvé ceci http://www.senat.fr/lc/lc184/lc1840.html qui est une note de synthèse du service des études juridiques du Sénat datée de 2008, et qui traite des "enfants nés sans vie".

Dominique 06/01/2016 12:01

En reprenant la lecture des registres paroissiaux, notamment des Vosges ces jours-ci, je suis plus attentive à la tournure, aux détails donnés, qui, bien souvent, m'interpellent, pour une raison ou une autre, maintenant que je les consulte de façon plus posée. Je suppose qu'en effet, il y a une raison pour que ces enfants, mort-nés, ou limite, soient "anonimes". Pourtant, les enfants nés et décédés parfois dans la même journée en ont bien un ?
Merci pour votre persévérance !