Anniversaires, 12 mars

Publié le par Dominique

Anniversaires, 12 mars

Il y a 219 ans, naissait Marguerite Lamaze, mon sosa n° 33. Plus exactement, le 12/03/1796 (22 Vent An IV), à Saint-Michel-sur-Meurthe, Vosges, vers cinq heures du soir.
Ses parents, Nicolas François, et Catherine Gérardin résidaient alors à la Vacherie, hameau de Saint-Michel-sur-Meurthe. Nicolas François y était cultivateur et maréchal-ferrant.
D'une fratrie de dix enfants, Marguerite était la sixième. L'un de ses frères, Michel, sera le père de Monseigneur Amand Lamaze, sur lequel j'ai déjà écrit quelques lignes.

Elle rencontra Jean François Valentin. Ils se plurent suffisamment pour se marier le 27/12/1815 à Saint-Michel-sur-Meurthe. Tous les deux étaient âgés de 19 ans...
Marguerite avait perdu son père, Nicolas François Lamaze, décédé depuis une dizaine d'années. Jean François était orphelin de mère. Celle-ci, Agathe Brabant, avait quitté ce monde depuis six ans, en mars 1809, plus exactement, laissant ainsi seul Jean Nicolas Valentin, le père de Jean François !
Ce qui donna l'occasion à la veuve, Catherine Gerardin, et au veuf Jean Nicolas, de se remarier en octobre 1809, puis d'assister à la fois au mariage de leurs enfants et beaux-enfants respectifs, Marguerite et Jean François.
Mariage arrangé ? Histoire de gros sous ?
En effet, Jean François était maréchal-ferrant à la Vacherie, tout comme son père. Ce dernier avait-il repris le "commerce" de Nicolas François, après le décès de ce dernier ? Comment le savoir ?

Jean François et Marguerite eurent 7 enfants : 6 filles et un garçon, Jean Michel, qui sera mon sosa n° 16.

Marguerite rendit son dernier soupir le 20/08/1849 à Saint-Michel-sur-Meurthe, à cinq heures et demies du matin, à son domicile. Elle avait 53 ans.
Elle n'assista pas au mariage de son seul fils Jean Michel qui eut lieu le 05/01/1848 à Saint-Jean-d'Ormont. Ne pouvait-elle se déplacer ? Etait-elle malade ? Ou bien, n'appréciait-elle pas sa future bru ? Quoiqu'il en soit, elle fit un acte notarié dans lequel elle donnait son consentement à ce mariage.
Son époux et son fils déclarèrent son décès.
Et bien entendu, Jean François se remaria, après une période de veuvage de trois ans.

Commenter cet article