Jean Michel Valentin, mon AAGP, génération 5, sosa 16, branche paternelle

Publié le par Dominique

L'un de mes deux AAGP paternel, Jean-Michel Valentin, est Lorrain, plus exactement Vosgien.
Sa mère, Marguerite Lamaze, le mit au monde, à une heure du matin, un samedi, celui du 25 mars 1826, il y a déjà 189 ans jour pour jour ! Bon anniversaire !
Il naquit au domicile de ses parents, à Saint-Michel-sur-Meurthe, à la Vacherie. Son père, Jean-François, y était maréchal ferrant.

Jean-Michel était le cinquième enfant du couple, qui en eut sept. Six filles et un garçon ! Fut-il d'autant plus chouchouté ?
Pas de témoignages oraux ou écrits pour me faire une idée de sa petite enfance.

Il avait 20 ans en 1846, fit-il son service militaire ? Aucun feuillet matricule en ligne aux AD 88 avant 1850. Je reste donc, là aussi, sur ma faim.

A l'âge de 21 ans, il épousa Stéphanie Marquaire le 05/01/1848 à Saint-Jean-d'Ormont, non loin de Saint-Michel-sur-Meurthe.
Il exerçait le même métier que son père : maréchal ferrant. Travaillaient-ils ensemble ?
Son père assistait au mariage, mais pas sa mère. Elle donna son consentement par un acte dûment légalise reçu par le notaire de la résidence de Saint-Dié. Que recouvre cette expression : notaire à la résidence de Saint-Dié ? Je l'ai retrouvée pour la même époque pour Brouvelieures...
Stéphanie était son aînée de deux ans, et n'avait aucune profession.

En 16 ans, de 1850 à 1866, ils eurent ensemble dix enfants : 6 filles et 4 garçons.
- Marie Adélaïde, leur aînée, née en 1850.
- Marie Adrienne, la cadette, née en 1851. Qui élèvera, outre ses deux enfants, deux de ses neveux, orphelins : Gustave Emile et Alphonse. Ce dernier sera mon grand-père. Il a été le sujet de mon challenge AZ 2015.
- Marie Stéphanie, née en 1852, mère de Gustave Emile cité ci-dessus. Décédée à 40 ans.
- Jean Edouard, leur premier garçon, né en 1854. Engagé volontaire dans la marine, et pourtant rapatrié à l'hôpital militaire de Nancy où il décédera à 23 ans.
- Julienne Victorine, née en 1856, mère célibataire de 3 enfants "nés sans vie", décédée à 39 ans.
- Charles Victor, né en 1858. Ses petits enfants habiteront à Paris, dans le même arrondissement et la même rue que ma fille, bien des années plus tard. Découverte amusante.
- Marie Amélie, née en 1861. Décédée à 18 ans.
- Jean Baptiste Emile, né en 1862.
- Alphonse, né en 1864, mon arrière-grand-père. Décédé à 30 ans.
- Marie Joséphine, née en 1866. Décédée à 29 ans.

6 enfants sur 10 ne dépassèrent pas les 40 ans ! et encore, j'ignore la date de décès de trois d'entre eux. Que de moments difficiles pour les parents ! Quelles sont les raisons de ces décès ?
Les on-dits familiaux laissent entendre "tuberculose". Possible, mais invérifiable pour le moment.

J'ai pu trouver les registres de matricule militaire de Jean Edouard, Charles Victor, Jean Baptiste Emile, Alphonse. J'ai lu avec attention leurs signalements :
Jean Edouard : 1, 59 m. Cheveux et sourcils châtains. Yeux gris.
Charles Victor : 1, 61 m. Cheveux et sourcils blonds. Yeux bleus.
Jean Baptiste Emile : 1,70 m (!). Cheveux et sourcils châtains clairs. Yeux bleus.
Alphonse : 1,67 m. Cheveux et sourcils châtains clairs. Yeux bleus.
Que puis-je en déduire pour Jean-Michel ? Ses garçons tenaient-ils de lui ? Si oui, alors je me le représente de taille moyenne, disons : 1,65 m, cheveux et sourcils châtains clairs, yeux bleus ! Personne pour me contredire !

Quoiqu'il en soit, un point commun pour les garçons : ils étaient tous maréchal ferrant, comme leur père. Mais où ?
Jean Edouard n'a certainement pas pu exercer très longtemps ! Ban-de-Sapt pour Charles Victor ? Saint-Léonard pour Jean Baptiste ? Anould pour Alphonse ? Aucun pour assister leur père à Saint-Michel-sur-Meurthe ? Étonnant.

Jean Michel Valentin, mon AAGP, génération 5, sosa 16, branche paternelle
Jean Michel Valentin, mon AAGP, génération 5, sosa 16, branche paternelle
Jean Michel Valentin, mon AAGP, génération 5, sosa 16, branche paternelle
Jean Michel Valentin, mon AAGP, génération 5, sosa 16, branche paternelle

D'après le recensement de Saint-Michel-sur-Meurthe de 1886, deux filles vivaient encore à son foyer : Julienne Victorine, 29 ans et Marie Joséphine, 20 ans, dites cultivatrices. Les 6 filles semblaient partager leurs activités entre "l'agriculture" et la broderie. Je sais, que l'une d'entre elle, Marie Adrienne, avaient également les yeux bleus. Je le sais de source sûre : sa petite fille, Sylvie Antoinette, bien âgée aujourd'hui !

Marie Adrienne Valentin et les deux neveux orphelins qu'elle accueillit dans son foyer : Alphonse et Gustave
Marie Adrienne Valentin et les deux neveux orphelins qu'elle accueillit dans son foyer : Alphonse et Gustave
Marie Adrienne Valentin et les deux neveux orphelins qu'elle accueillit dans son foyer : Alphonse et Gustave

Marie Adrienne Valentin et les deux neveux orphelins qu'elle accueillit dans son foyer : Alphonse et Gustave

Jean-Michel mourut le 05/01/1848 à Saint-Michel-sur-Meurthe. "A 4 h du soir, à son domicile".
Il avait 68 ans.
Ce furent ses deux gendres, Antoine Gounou, époux de Marie Adrienne, et Romain Jean Baptiste Idoux, époux de Marie Stéphanie, qui déclarèrent en mairie son décès, ses fils, soit décédés, soit résidant autre part.
Stéphanie, sa veuve, le rejoignit 4 ans après.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article