Anniversaires, 22 avril

Publié le par Dominique

Anniversaires, 22 avril

Je fête aujourd'hui l'anniversaire d'un "lointain" aieul, celui de Georges Gérardin, mon sosa n° 536, né le 22/04/1653 à la Bourgonce, Vosges, du deuxième mariage de son père Nicolas, celui qu'il contracta avec Didière Georges. Je ne connais d'eux que leurs dates de mariage (1644, également à la Bourgonce) et décès (1676 à la Bourgonce pour l'un, et 1685 à Saint-Michel-sur-Meurthe pour l'autre). Ainsi que le métier que Nicolas exerçait : laboureur.

Georges le fut aussi. A l'âge de 25 ans, il épousa Barbe Grandidier, 18 ans, le 22/11/1678 à la Bourgonce. Ils ne perdirent pas de temps pour concevoir. Leur aîné Nicolas arriva sur terre le 25/09/1679 !
J'ai peu d’aïeux aussi prolifiques : 16 enfants !
J'en exclus une fille, Geneviève, notée dans mes carnets, il y a des années, mais sans mention de la source (erreur de débutante !), et que je ne retrouve évidemment plus dans les registres paroissiaux !
Par contre, j'en inclus un, Antoine, dont j'avais trouvé trace, à l'époque, sur Genlor, mais dont je ne trouve pas l'acte de naissance. Toutefois, Georges et Barbe sont vraiment ses parents, son acte de mariage en 1724, à Nompatelize, avec Françoise Marchal, le confirme.

Un enfant tous les ans ou deux au maximum.
Surprenant pour l'époque, les enfants eurent le temps de grandir ! Pas de mortalité infantile en série comme j'avais pu le constater pour certains couples !
Sur les 16, 3 seulement moururent en bas âge : 7 et 9 semaines, 17 mois ; 11 se marièrent ; j'ignore les dates de mariage ou de décès des deux autres.
Quand je constate autant de grossesses, des pensées me traversent parfois l'esprit ! Gardaient-elles à jamais une silhouette alourdie ? Qu'avaient-elles comme vie de couple ? Que représentaient-elles aux yeux de leurs époux ?

Des 12 enfants de sexe masculin, 9 survécurent, 7 se marièrent et firent souche. La lignée perdurera, le nom de Gerardin ne s'éteindra pas avec Georges. Il a bien "travaillé" pour la postérité...
A propos "Gerardin" ? Toujours d'après Jean Tosti, ce serait un diminutif de Gérard (voir Girard), que l'on rencontre surtout dans les Vosges et la Meurthe-et-Moselle. Girard serait un nom de personne d'origine germanique, Gerhard (ger = lance + hard = dur). C'est l'équivalent du prénom Gérard.

Georges s'était-il épuisé au travail pour nourrir autant de bouches ? Quoiqu'il en soit, il décéda le 06/03/1704 à Bréhimont, hameau de Saint-Michel-sur-Meurthe, à l'âge de 50 ans, trois mois après la naissance, en décembre 1703, de son dernier fils Antoine. Parti sur sa lancée, aurait-il continué à "engendrer" s'il avait vécu plus longtemps ?
Sa veuve, Barbe, attendit le printemps 1722 pour "trépasser". Ses enfants étaient adultes.

Commenter cet article