Anniversaires, 17 juillet

Publié le par Dominique

http://www.birdsdessines.fr/
http://www.birdsdessines.fr/

Deux anniversaires aujourd'hui ! Toujours dans ma branche paternelle, côté Lorraine, Vosges...
Je suis donc dans l'obligation de faire un choix entre Georgette (Georgine ?) Leconte (Lecomte ?), mon sosa n° 599, née en 1670 à Saint-Michel-sur-Meurthe ou mon AAAGP Jean François Valentin, mon sosa n° 32. Ce sera lui...

J'avais mentionné très brièvement Jean François dans mon billet sur son fils Jean Michel, mon AAGP. Jean François naquit le 17/07/1796, il y a déjà 219 ans !

Ses parents, Jean Nicolas et Marie Agathe Brabant, étaient originaires, l'un de la Chapelle-devant-Bruyères, l'autre de Saint Dié. Marie Agathe mit au monde douze enfants, dont Jean François ! Ils s'installèrent à Saint-Michel-sur-Meurthe, hameau de la Vacherie, entre mars 1686 et février 1687.

Jean François y vit le jour. Il était le dixième de la fratrie. Sa mère eut-elle le temps, les moyens, l'envie de le choyer ? Il avait 13 ans au décès de cette dernière.
Il fut maréchal-ferrant, à Saint-Michel-sur-Meurthe. Aux côtés de son père ?

Il convola à deux reprises. Il s'unit une première fois avec Marguerite Lamaze, le 27/12/1815, une seconde fois avec Marie Thérèse Henry, le 31/03/1852.
Toujours à Saint-Michel-sur-Meurthe, commune qu'il ne quitta pas, de sa naissance à sa mort. Il devait être d'une nature résistante, car il survécut à ses deux épouses ! D'une douzaine d'années à la dernière, Marie Thérèse.
De Marguerite, mon AAAGM, il eut six filles et un seul garçon.
L'une de ses filles, Catherine, se maria à la Voivre, avec un certain Pierre Benoît. Je n'y ai pas retrouvé l'acte de mariage, mais les TD de la commune indique que "le 20/06/1849 Pierre Benoît épouse Françoise Chelet jadis appelée Valentin Catherine " ???
Une autre, Marie Barbe, épousa, à 27 ans, à Moyenmoutier, un certain Nicolas Dieudonné, 60 ans. Il était plus âgé que les parents de la mariée, présents et consentants à la cérémonie ! Mariage d'amour, d'intérêt ?

Selon la déclaration faite par son fils à la mairie, il rendit son âme le 24/01/1880 à minuit, à son domicile. Il était donc encore assez valide pour y vivre de façon indépendante ?
Sur l'acte, il est noté qu'il est veuf de Marguerite Lamaze, aucune mention de Marie Thérèse ?

Jean Nicolas, Jean François, Jean Michel savaient signer lisiblement. Claude, le père de Jean Nicolas, était régent d'école et avait dû "instruire" un minimum son fils Jean Nicolas. Et ainsi de père en fils... Lors du challenge 2015 auquel j'avais pu participer, je m'étais penché sur les signatures des "Valentin".

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article