Anniversaires, 2 aôut

Publié le par Dominique

Anniversaires, 2 aôut

Un très bon anniversaire à mon grand-père Alphonse Valentin, né le 2 août 1891 à Saint-Michel-sur-Meurthe, Vosges. Il aurait aujourd'hui 124 ans...
Je l'aimais beaucoup, mais hélas, la vie a fait que l'éloignement géographique, lui toujours au Maroc, tandis que, moi, je suivais mes parents en Algérie, puis en France, a fait que nous avons passé de moins en moins de temps ensemble.
Chaque visite, quelques jours tous les deux/trois ans, était d'autant plus une fête pour la famille : grands parents, parents, petits enfants...
J'ai crée ce blog pour le challenge AZ 2015, mon grand-père en était le fil conducteur. Je ne reviendrai donc pas dans ce billet sur son parcours de vie, quoique j'ai, depuis, avancé dans mes recherches : j'ai, par exemple et enfin (!), entre les mains le document du Ministère de la Guerre concernant la remise de la médaille coloniale qui lui a été décernée en 1926.

J'ai séjourné en juillet quelques jours à Lorient, et je suis allée, comme à chacun de mes passages, me recueillir sur sa tombe (décédé au Maroc, son corps a été rapatrié à Lorient, où il est inhumé au cimetière du Carnel), qui est aussi celle de ma grand-mère !
Accompagnée des deux derniers enfants de mon frère (8 !! : 6 adultes maintenant, et 2 petits...), âgés de trois et six ans... Ils voulaient absolument me suivre et déposer eux-mêmes les fleurs ! Curieux de ma démarche et des motifs de cette dernière.
Nous avons discuté d'Alphonse, des grands parents en général, de la mort (qu'est ce que c'est ? où va t-on ? que peut-on faire là-haut ? Les animaux aussi ? pourquoi des grandes tombes, pourquoi des urnes ? pourquoi des maisons-châteaux ? Pourquoi ces symboles que l'on trouve sur les tombes : photos, statuettes, messages, poèmes, croix ou palmes. Outre fleurir une tombe, qu'y fait-on ? Prier ? Comment ? Parler ? De quoi ? Nous entend-on ? Nous répond-on ? Et comment ? et j'en oublie... Des questions simples, parfois saugrenues, dans le langage imagé des enfants.)
Incroyable. Cette visite s'est transformée en une "balade", surprenante, décontractée, rafraîchissante, dans les allées du cimetière. Et la gamine de six ans, Eve, m'a garantit qu'elle aussi, plus tard, fleurirait les tombes de sa famille, y compris la mienne (!), et avec de "vraies" fleurs, car elle sait que je n'aime pas les fausses, surtout en "plastique" !

Voilà papi ! Tu as revécu le temps d'un(e) après-midi ! Et tes deux derniers arrière petits enfants ont maintenant une petite idée de qui tu étais et de ce que tu représentais pour moi. Ils ont également fait le rapprochement avec leur propre grand père (ton fils aîné, mon père) et leur père (ton petit fils, mon frère)... Ils ont en mémoire une première esquisse de leur arbre généalogique...

Alphonse Valentin, mon grand-père parternel, au fil des ans...
Alphonse Valentin, mon grand-père parternel, au fil des ans...
Alphonse Valentin, mon grand-père parternel, au fil des ans...
Alphonse Valentin, mon grand-père parternel, au fil des ans...
Alphonse Valentin, mon grand-père parternel, au fil des ans...

Alphonse Valentin, mon grand-père parternel, au fil des ans...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article