Les "Rattaire", ascendants et collatéraux... Nicolas, génération X, mon sosa 576 (1681 ? - 1729)

Publié le par Dominique

 

J'en sais si peu sur mes premiers ancêtres Rattaire (Rataire, Raiter, Rater, etc...) ! L'orthographe diffère selon les générations, les écrits. Afin de me permettre une bonne visibilité dans le classement de mes dossiers, j'ai opté pour une seule et même écriture pour tous. Ce sera celle de "Rattaire".

Les Rattaire étaient originaires des Vosges, du moins aussi loin que j'ai pu remonter la lignée. Ils y demeurèrent jusqu'à ma sixième génération puis s'éparpillèrent en France comme à l’étranger...

Le plus ancien, Nicolas, époux de Barbe Simon, était natif de Saint-Jean-d'Ormont, Vosges.
Il décéda à quelques kilomètres de là, à Nompatelize, le 30/04/1729. Son acte de sépulture me donne une information susceptible d'être exploitée, il était âgé "d'environ 50 ans".
Donc né en 1679 ou environ ? Pourquoi pas le 12/03/1781, à Hurbache (son ban englobe Saint-Jean-d'Ormont) ? En effet, un Jean Rattaire et son épouse Catherine NN y firent baptiser, en ce lieu et à cette date, leur fils Nicolas. Cela reste une hypothèse à corroborer. Mais comment ? Il le faudrait pourtant, car la différence d'âge entre les époux Nicolas/Barbe était assez importante. Mais ce ne serait pas le premier Rattaire à épouser une femme bien plus âgée. Nous le constaterons dans un article à venir.
Barbe décéda également à Nompatelize le 11/01/1753, à l'âge de quatre vingt cinq ans, en présence des "siens témoins".

Ils eurent au moins quatre enfants : Joseph (mon sosa 288), Catherine, Nicolas, Anne Marie.

  • Catherine naquit en 1703/1704. Son acte de naissance demeure introuvable. Elle perdit la vie le 26/09/1726 à Nompatelize sur le chemin, entre Sauceray, où elle vivait, et La Bourgonce, à l'âge d'environ 24 ans. Que lui était-il arrivé ? D'autres se posèrent également la question, à l'époque, puisque la justice d'Etival examina le corps avant de le confier ensuite au curé du Haut Ban d'Etival "pour le mettre en terre sainte"...
    Les conditions de son décès nous sont parvenues, grâce au curé, qui les consigna, sans pour autant donner les conclusions de l'enquête. Mais les connaissait-il ?
  • Nicolas, deuxième fils et troisième enfant de la fratrie, vit le jour le 22/11/1717 à Saint-Michel-sur-Meurthe.
    Il y épousa le 17/02/1749 Marie Bois et rendit l'âme le 21/01/1786 à Etival, à l'âge de 68 ans. Il put être "muni de l'absolution" malgré qu' "ayant été prévenu d'une léthargie". Cette tournure de phrase me laisse un peu perplexe... Que signifie-t-elle exactement ?  Il fut inhumé en présence d'au moins trois de ses neveux et d'un petit neveu, tous cités.
    Il est également indiqué sur ce document qu'il était "retraité des fermes du Roi".
  • Anne Marie, la petite dernière, vint au monde je ne sais quand, je ne sais où. Aucune piste pour le moment qui me permette de la "tracer". Il en va de même pour son décès. 
    Mais j'en sais un peu plus sur son union le 07/01/1755 à Bruyères, où elle résidait depuis deux ans :  elle se maria avec un Nicolas Boye, dont je ne me suis pas inquiétée des tenants et aboutissants. J'aurai peut être dû afin de comprendre pourquoi un procureur du Roy assistait à la noce ? Quoique...  Cela pourrait s'expliquer par la fonction de son frère Nicolas. Une relation professionnelle, en quelque sorte ?

Sources :
AD 88

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article