Les "Rattaire", ascendants et collatéraux... Marie Anne Rattaire, épouse Valon (1809 - 1851)

Publié le par Dominique

Marie Anne est la seule des trois filles de Pierre Rattaire, mises au monde par son épouse Richarde,  qui survécut. Il la déclara à la mairie, accompagné de son propre père Norbert.
Elle naquit le 15/10/1809 à Nompatelize et mourut loin de ses Vosges natales en 1851, soit à l'âge de 41 ans.

Elle eut trois enfants hors mariage : Victor, Florestine, et Julie.
Les deux premiers furent reconnus par Jean Baptiste Valon, tisserand, qu'Anne Marie épousa le 16/03/1850 à Nompatelize. Elle prit comme témoins de mariage ses deux frères Jean Nicolas et Jean Baptiste.
Mais pas de reconnaissance pour le troisième, une fille, Julie, même à titre posthume. Elle n'y eut pas droit. Peut être parce que née en 1847 et décédée un an après, donc avant le mariage de ses parents ?
Jean Baptiste et Marie Anne vivaient-ils déjà maritalement ? Etait-il vraiment le père de ces trois enfants ? Qui le saura jamais ?
Il y en eut un quatrième, encore une fille, Marie Eugénie, qui n'eut pas besoin, elle, de régularisation, puisque née en 1850, quatre mois après l'union de Jean Baptiste et de Marie Anne.

L'acte de décès de Marie Anne, retrouvé sur les Archives Nationales d'Outre Mer, et retranscrit à Nompatelize, nous informe que le choléra l'a emporté en Algérie, à Saint-Louis (Village d'Assi ben Fereah ou armée d'Algérie, Division d'Oran, Hôpital ambulance réservé de la Division). Elle fut hospitalisée le jour du décès de son époux, qui venait d'en être victime. En effet, ils se suivirent dans la mort. Il succomba le 15/08/1851, elle, le lendemain, 16/08/1851.
Poussés par quelles raisons rejoignirent-ils les colons de Saint-Louis ? Une vie misérable ou compliquée au sein de leur foyer ? Dans l'espoir de connaître une vie meilleure ? Quand se décidèrent-ils à partir ? Après le décès de  leur fille Marie Eugénie le 01/01/1851, dont Jean Baptiste fit lui même la déclaration à la mairie de Saint-Michel-sur-Meurthe ? Quand prirent-il le bateau ? Quand et ou débarquèrent-ils ? A creuser...
Cependant, cette décision de s'expatrier leur fut fatale... elle les mena, hélas, à la mort, vite fait, bien fait, en l'espace de huit mois... Combien de temps restèrent-ils dans cette colonie ? Eurent-ils le temps d'acquérir une parcelle, de la travailler ? Etc...

Emmenèrent-ils leurs deux enfants, encore vivants, Victor et Florestine ? Sinon, à qui les confièrent-ils ? et devenus orphelins, l'un à 14 ans, l'autre à 12 ans, qui en prit la responsabilité ? La famille ? Un "établissement" existant à l'époque ? Quoiqu'il en soit, ils vécurent, se marièrent et eurent des enfants. Par le biais de Filiae, j'ai retrouvé leurs traces mais je ne m'y suis pas attardée.
Victor, meunier compagnon, se maria à une certaine Amélie Crivisier, à Méménil (Vosges) et Florestine, domestique, à un certain Antoine Seguin, à Clermont-Ferrand.

Sources :
AD 88
AD 63
Filiae
Anom
http://www.exode1962.fr/exode1962/accueil/accueil.html

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article