Les "Rattaire", ascendants et collatéraux... François Alfred (1888 - 1915)

Publié le par Dominique

 

François Alfred Rattaire



François Alfred Rattaire, fils d'Adolphe François Joseph et de Philomène Saint Bonnet, naquit le 25/10/1888 à Flumet, Savoie. Il perdit la vie à 26 ans, le 17/06/1915 à Neuville-Saint-Vaast, dans le Nord-Pas-de-Calais. Le conflit de la première guerre mondiale lui fut fatal comme à ses deux frères, comme à bien d'autres.

Je sais peu de choses sur sa jeunesse, si ce n'est qu'il enseignait dans une institution libre et se destinait à une carrière ecclésiastique. Il était "Frère André" en religion.

Son registre de matricule militaire (classe 1908, matricule 1718) nous en dit plus long sur son parcours. Il le situe cette année là comme résidant en Belgique, à Mons, où il enseignait. Il venait de finir à Rome sa première année de théologie. 
Ce même document le décrit comme ayant les cheveux et les sourcils châtains, les yeux gris, un nez ordinaire, une petite bouche, un menton rond et un visage ovale. Il mesurait 1, 80 m.
A la lecture de son dossier, j'apprends qu'il arriva au corps fin 1909, en tant que soldat de 2ème classe ; qu'il obtint, dès le 1er octobre 1910, le grade d'élève officier de réserve. Il suivit un cours spécial du 1er octobre 1910 au 10 mars 1911, réussit ses examens et fut promu, dans la foulée, Sous Lieutenant, par un décret du Président de la République, le 25 mars 1911. Il connut plusieurs affectations, toutes dans un régiment d'infanterie. Le 140ème, le 113ème et le 43ème.
Toujours d'après son dossier, Il fut rappelé à l'activité lorsque la mobilisation générale fut décrétée. Il arriva au corps le 2 août 1914, et ne tarda pas à être blessé, notamment par balle à la cuisse le 25 septembre 1914, à la Chavatte (Somme). Il passa Lieutenant de réserve le 1er avril 1915 et fut tué à l'ennemi le 17 juin 1915...
Cité à l'ordre du corps d'armée dès le 27 juin 1915 : "Tué en tête de sa compagnie en cherchant à l'entraîner à l'attaque, malgré un feu violent de mitrailleuses, a fait preuve d'un sang froid et d'une bravoure remarquables.". il reçut la croix de guerre, à titre posthume, et fut reconnu "Mort pour la France".

Registre de matricule militaire de François Alfred
Registre de matricule militaire de François Alfred

Registre de matricule militaire de François Alfred

En réalité, il fut  blessé grièvement à la cuisse mais aussi au bras ! Transporté au Havre, soigné, et après deux mois de soins et deux autres mois de convalescence, jugé incomplètement guéri, on le chargea de l'instruction de jeunes classes.
Cependant au printemps, lorsqu'il apprit que son frère Louis, à peine guéri lui aussi d'une blessure, est rappelé au front, il demanda à y être renvoyé à son tour. Il partit avec son deuxième galon d'officier, mais à peine arrivé le 17 juin 1915, il tomba mortellement blessé, à la tête de sa compagnie.

Le matin de sa mort, (une prémonition ?),  il écrivait à ses parents : "Papa, Maman, la journée promet d'être chaude. Certains d'entre nous vont perdre la vie aujourd'hui. Si je suis au nombre de ces heureux morts, ne me pleurez pas trop. J'espère aller rejoindre mon frère Honoré, mort aussi pour la France. C'est là-haut de que nous nous retrouverons sans larmes ! Au revoir au ciel ! Courage et confiance. Votre enfant qui vous aime plus que jamais. Alfred".

L'annonce de son décès parut dans différents journaux ecclésiastiques, comme dans le bulletin paroissial de Vesoul, d'octobre 1915.
 



Comme expliqué dans mon précédent article, le maire du Moutaret refusa d'inscrire son nom (comme pour ses frères Honoré Claude et Louis François sur le monument aux morts de la commune. Cette indignité fut réparée en 2010.
Son acte de décès fut retranscrit le 2/9/1916 à Aiton, Savoie, et son nom inscrit, ainsi que celui de ses frères, sur le monument aux morts d'Aiton. Une consolation pour ses parents ?

Sources :
AD 73
Livre : "Les Frères Rattaire" de Philippe Langénieux-Villard
Mémoire des hommes
Mémorial genweb
http://scjef.org/racines/pages/pgracines/rattaia.html
http://www.autrefoispourtous.com/piecesjointes/414_38268%20ANNEE%201915.pdf

http://www.autrefoispourtous.com/piecesjointes/266_MdV%20allevard.pdf (p 59 à 62)
http://stnicolaslachapelle.blogspot.fr/2015/06/les-freres-rattaire.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article