Les "Rattaire", ascendants et collatéraux... Honoré Claude (1892 - 1914)

Publié le par Dominique

 

Honoré Claude Rattaire


Honoré Claude Rattaire, deuxième fils d'Adolphe François Joseph Rattaire et de son épouse Marie Philomène, naquit le 31/12/1892 à Flumet, Savoie et périt, tout comme son frère François Alfred, durant le conflit de la première guerre mondiale. Trois mois à peine après qu'elle débuta. Il mourut en octobre ou novembre 1914 (?) à Harbonnières, Picardie, à l'âge de 21 ans...

Il venait d'être admis comme auditeur libre à l'école normale primaire supérieure de Saint-Cloud. Son père, Adolphe François Joseph, n'ayant que son salaire d'instituteur pour faire vivre sa grande maisonnée (8 enfants), avait sollicité auprès du Conseil général de Savoie une aide financière pour les études d'Honoré Claude. Une subvention de 200 francs de l'époque lui fut accordée.

Extrait - "Savoie. Conseil général. Rapports et délibérations - Savoie, Conseil général. 1840". (Gallica)


La guerre est déclarée, et dix jours après, Honoré Claude est le premier des garçons d'Adolphe a être mobilisé. Il abandonne alors ses études.

Son registre de matricule militaire ne révèle pas grand chose, si ce n'est qu'il relevait de la classe de 1912 (?), matricule 1215. Lorsque le document a été établi, il résidait à Roanne, dans la Loire, il y exerçait la fonction de maître interne. Il avait des cheveux blonds, des yeux châtains, un front large, un visage long et dépassait de deux centimètres son frère aîné, il mesurait 1 m, 82. Degré d'instruction : 4...
Bien que sursitaire, il fut appelé à l'activité par décision ministérielle. Il fut incorporé au sein de l'armée le 11 août 1914, affecté au 30ème régiment d'infanterie d'Annecy.
Il décéda des suites de maladie à l'hospice d'Harbonnières le 5 novembre 1914.

Avant de partir au front, il eut comme beaucoup de ses camarades une formation éclair de trois semaines. En septembre 1914, dans les dix jours qui suivirent sa formation, il devint Estafette de son colonel. Il était exposé aux risques de la guerre tout autant que s'il était sur le front, car pour porter à bicyclette les ordres de bataille aux colonnes combattantes, il fallait bien passer entre les balles...

Registre de matricule militaire d'Honoré Claude
Registre de matricule militaire d'Honoré Claude

Registre de matricule militaire d'Honoré Claude

Et pourtant, il ne mourra pas d'une balle. Le 8 octobre, il souffrit de douleurs au ventre, au bas de l'abdomen, à droite. Il ne se plaignit pas, continua ses allées et venues, mais arriva le moment où il ne put plus se déplacer, la douleur étant trop forte. Sa hiérarchie ne le croyait pas, le soupçonnait de "tirer au flanc". Quand il eut enfin la permission de consulter un médecin, il était trop tard. Appendicite qui a dégénéré en péritonite. Il eut le temps d'écrire une lettre à ses parents, leur déclarant "qu'il était content de donner sa vie pour le salut de la France".
Ses parents la recevront après l'annonce de son décès.

Sa mort fut annoncé dans différents journaux, comme "La Croix" du 19/11/1914 ou "Le Gaulois" du 20/11/1914.
Il figure dans le Livre d'Or d'Aiton, tout comme ses deux frères.

"La Croix" du 19/11/1914 - Le Gaulois du 20/11/1914 - Livre d'Or d'Aiton
"La Croix" du 19/11/1914 - Le Gaulois du 20/11/1914 - Livre d'Or d'Aiton
"La Croix" du 19/11/1914 - Le Gaulois du 20/11/1914 - Livre d'Or d'Aiton
"La Croix" du 19/11/1914 - Le Gaulois du 20/11/1914 - Livre d'Or d'Aiton

"La Croix" du 19/11/1914 - Le Gaulois du 20/11/1914 - Livre d'Or d'Aiton

La transcription de son décès sera faite le 20/03/1915 au Moutaret. Par son père ? Il y était le secrétaire de mairie...
Il connaitra le même sort que ses deux frères. Il ne sera inscrit qu'en 2010 sur le monument aux morts de la commune du Moutaret...

(?) ==> Selon les sources, il serait :
- de la classe 1912 (son registre de matricule militaire) ou celle de 1913 (Mémoire des Hommes) ou même 1919 (également sur Mémoire des Hommes, sur le même écran, ainsi que sur un document d' Autrefois pour tous.)
- décédé le 16/10/1914 à Harbonnières (Mémoire des Hommes ou sa stèle tombale)  ou le 5/11/1914 (son registre de matricule militaire).

Sources :
AD 73
Presse ancienne

Livre : "Les Frères Rattaire" de Philippe Langénieux-Villard
Mémoire des Hommes
Memorial Genweb
http://www.autrefoispourtous.com/piecesjointes/414_38268%20ANNEE%201915.pdf
http://www.autrefoispourtous.com/piecesjointes/266_MdV%20allevard.pdf (p59 à 62)
http://stnicolaslachapelle.blogspot.fr/2015/06/les-freres-rattaire.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article