Les "Rattaire", ascendants et collatéraux... Marie Jean Joseph (1868 - ?)

Publié le par Dominique

 

Marie Jean Joseph


Marie Jean Joseph Rattaire, est le troisième fils de Joseph et Marguerite Brison. Le frère d'Adolphe François Joseph, de Marie Euphrosine et de Pierre, de Jean Marie, de Joseph Marie Louis et de Léon, dont j'ai essayé d'esquisser, à grands traits, le parcours de vie...

Je clos ma "chronique" sur cette branche Rattaire collatérale avec Marie Jean Joseph. Je peine à trouver plus d'éléments sur lui, malheureusement, parce que si j'y arrivais, cela me mènerait peut être sur la piste de son cousin, Jean Baptiste, mon arrière-grand-oncle ! Ils étaient, semble-t-il, restés en relation.

Marie Jean Joseph naquit le 06/05/1868 à Fréterive. Je dispose de peu d'informations sur lui. 
Si ce n'est qu'il fit son service militaire (classe 1888) au 4ème régiment infanterie marine à Toulon. Mais je n'ai pas encore "déniché" son registre de matricule militaire.

Il épousa le 01/12/1890 à Chambéry une certaine Augustine Joséphine Cottard. Il était alors âgé de 22 ans et travaillait en tant qu'employé au chemin de fer Paris Lyon Méditerranée, tout en étant domicilié de droit à Quintal. Une piste à creuser ? Les archives des Chemins de Fer ?
(Je l'avais fait pour ma branche maternelle, et cela m'avait aidé)...
Le couple profita de l'occasion pour reconnaitre comme leur fille, Adèle, enfant né en mars 1890, à Lyon.
Il semblerait qu'il avait la bougeotte : Fréterive, Toulon (les bans de mariage y furent publiés comme en Savoie), Lyon...  Son métier l'exigeait peut-être.
 

Courrier des Alpes du 18111890


Après son union avec Augustine Joséphine, il changea de profession. Il s'essaya au commerce et devint limonadier. Mais cela ne marcha pas fort, car il y eut déclaration de faillite le 30/12/1892.
 

Courrier des Alpesdu 31/12/1892


Il semblerait qu'il n'ait pas accepté le fait. Il fit une demande en réhabilitation...
 

Déclaration Faillite Archives commerciales de la France de 1895


Deux autres enfants vinrent au monde : Léonie Augustine en 1892 à Chambéry, Savoie et André Marcel Edmond à Tenay (Ain) en 1893. La lecture des actes de naissance me permettront de glaner quelques informations.
Sur celui de Léonie Augustine, un des déclarants est mon "fameux" arrière grand oncle Jean Baptiste (celui que je recherche en vain "tous azimuths"), brigadier forestier. En effet, Il avait bien quitté les Vosges pour une telle fonction en Savoie, son registre de matricule militaire en atteste. Il était donc resté en contact avec les siens devenus "savoyards"...
Sur celui d'André Marcel Edmond, j'apprends également que les parents, Marie Jean Joseph   et Augustine Joséphine, se sont convertis en "ouvriers en soie"... Dans l'Ain ?

Désireuse de pister Marie Jean Joseph et ses proches, j'ai donc lancé une consultation, par le biais de Filiae, sur les recensements de l'Ain. En vain, mais "mon" Jean Baptiste s'y trouvait, sur celui de 1906, à Echenevex. Né en 1861, à Taintrux, ouvrier charron. C'est bien lui, et toujours dans le sillage de son cousin...

Adèle et Léonie Augustine se sont mariées en 1919, l'une à Marseille, l'autre à Neufchâteau, dans les Vosges, un retour au bercail en quelque sorte...  Je ne peux obtenir leurs actes de mariage, ils ne sont pas en ligne ; je ne peux faire de courrier, car je ne suis pas une descendante directe.
A leur lecture, j'aurai pourtant pu en savoir un peu plus sur les parents ? Toujours vivants ? Lieu de résidence ?... Mais peut-être que l'acte de décès (le 09/05/1950 à Ambarès-et-Lagrave, Gironde ?) d'Adèle pourrait m'orienter ? Encore un courrier à faire...

Sources :
Photo A. Rattaire
Presse ancienne
AD 73
Filiae

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article