Les "Rattaire", ascendants et collatéraux... Jean Marie (1870 - 1944)

Publié le par Dominique

 

Jean Marie Rattaire


Jean Marie Rattaire, l'un des fils de Joseph et de son épouse Marguerite, naquit le 25/05/1870 à Fréterive, Savoie.

Il fit ses études chez les Pères du Sacré Cœur à St Quentin (Aisne) où il exerça le professorat de latin jusqu'à l'age de 35 ans dans la mème région que l'institution. Puis il revint en Savoie, à Aiton, Savoie, au décès de sa mère, en janvier 1906.
Il n'en repartit pas, il s'y installa. Il y épousa Clothilde Biolley en mai 1906. Elle lui donna des enfants, qu'elle n'eut pas le bonheur de voir grandir. En effet, elle décéda subitement en février 1917, en laissant derrière elle 5 enfants en bas âge (10 ans, 8 ans, 5 ans, 3 ans et 1 an). Il se remaria avec Elise Millon, en 1918, qui prit alors en charge toute la maisonnée.

Dans un premier temps, avec Clothilde, puis je suppose, avec Elise, après avoir quitté le professorat, il fut restaurateur, ouvrit et tint une pension de famille.
Son frère Pierre , qui vivait à Paris, fit autour de lui de la publicité pour cet hôtel et ce fut ainsi que de nombreux parisiens vinrent se reposer à Aiton.
Ils étaient charmés d'arriver en gare et de découvrir qu'un cheval attelé d'un charriot venait les chercher. Chacun participait aux tâches journalières, aux différentes cueillettes (vendanges, champignons, myrtilles, châtaignes), randonnait en montagne, faisant le plein d'air pur...

Nos lectures chez soi (Paris) - 1910/02/20 (N32)

 

 

Sans sa photo que sa petite fille m'a communiquée, je n'aurai pas pu me le représenter.
Le pavé concernant ses caractéristiques physiques ("Signalement") de son registre de matricule militaire est vierge de tout détail !
Sa lecture ne pourra m'apprendre que le degré d'instruction qui lui a été octroyé : 3 (pour un professeur de latin !), qu'il a été un "bon" soldat (dans l'infanterie) puisqu'il lui fut accordé le certificat de bonne conduite ainsi que ses différents lieux de résidence ou domicile : Hollande (Sittard),  Belgique (Louvain), St Quentin (Aisne), Troyes, Lille, Aiton.
Comme beaucoup, il fut rappelé à l'activité lors de la mobilisation générale le 02/08/1914. Il fit campagne contre l'Allemagne en août 1914, puis de mars 1915 à mars 1917.

Jean Marie fut élu maire d'Aiton en 1936 et le resta jusqu'en 1944, année de son décès.

Le Petit Dauphinois, le grand quotidien des Alpes françaises 1935/05/22

Une anecdote sur un petit accident qui lui arriva durant son mandat :
 

Le Petit Dauphinois, le grand quotidien des Alpes françaises 1938/01/24

 

Sources :
Photo A. Rattaire
AD 73
Presse Ancienne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article